une école du groupe igs

Le boom de la silver economy, quels impacts pour l’industrie de la santé ?

En 2030, les Français âgés de plus de 65 ans seront 20 millions, contre 15 en 2015. Loin d’être la simple indication du vieillissement de la population, ce chiffre implique une profonde mutation de la société et de l’économie française à venir. Zoom sur la silver economy et ses enjeux.

Qu’entendons-nous par silver economy ?

Clin d’œil à la chevelure couleur argent des seniors, la silver economy est un terme apparu récemment, à la fin des années 2000, pour désigner le marché répondant aux besoins d’un segment de population : les baby-boomers, c’est-à-dire la génération née entre 1933 et 1966.

En 2013, les ministres du redressement productif et de la santé décrètent conjointement la création d’un contrat de filière silver economy, qui définit le secteur comme « les produits et services qui devraient permettre d’améliorer l’espérance de vie sans incapacité ou d’aider au quotidien les personnes âgées dépendantes et leurs aidants naturels. »

En 2020, le chiffre d’affaires de la silver economy était estimé à 130 milliards d’euros selon le CREDOC, avec des prévisions de croissance qui ne cessent d’augmenter.

Quels sont les enjeux principaux pour les acteurs de la silver economy ?

Allongement de l’espérance de vie, adaptation aux nouveaux besoins d’une génération exigeante, défi de la fracture numérique dans une société de plus en plus connectée sont autant d’enjeux auquel la silver economy est confrontée, notamment dans le secteur de la santé.

Adapter les lieux de vie pour prolonger l’autonomie

84% des plus de 55 ans déclarent vouloir rester à leur domicile même si cela nécessite un accompagnement particulier lorsqu’ils avancent en âge. Face au nombre croissant de seniors confrontés à la perte d’autonomie et à la difficulté de recruter dans le secteur des aides à domicile, la solution pourrait venir de la gérontechnologie. Contraction de gérontologie et technologie, ce secteur travaille depuis des années sur la création de solutions techniques au service des personnes âgées.

Parmi ces avancées, on peut par exemple citer le TapisMetric, un tapis intelligent capable de détecter les chutes et d’appeler de l’aide tout seul. Cette innovation, à première vue anecdotique, prend tout son sens lorsque l’on sait que les chutes sont responsables du décès de plus de 9 000 personnes de plus de 65 ans chaque année et que, parmi les rescapés, 32% en gardent des séquelles à cause d’une intervention tardive des secours.

Dans le même sens, l’installation de chemins de lumière permettent aux seniors de pouvoir se repérer plus facilement dans l’obscurité ou dans un grand espace grâce aux LED qui s’allument au long du parcours : de quoi rendre les déplacements nocturnes moins synonymes de chute.
Lorsque l’autonomie déclinante d’une personne âgée ne permet plus son maintien à domicile, la gérontechnologie permet également des innovations importantes dans les lieux de vie en commun comme les EPHAD avec des chambres domotiques, équipées de télécommandes qui permettent de gérer leur environnement proche (fermeture et ouverture de volets, lumières, lits médicalisés…).

Développer des solutions médicales adaptées

Certains seniors nécessitent un suivi médical personnalisé, qu’il s’agisse de prévenir une maladie ou de monitorer le développement d’une affection de longue durée. En parallèle du développement des objets connectés – une canne connectée capable de détecter les chutes et de monitorer les fonctions vitales a même été inventée, la télémédecine apparait également comme une solution permettant de proposer un accompagnement régulier mais moins contraignant pour les personnes âgées.

En proposant un rendez-vous en ligne avec une consultation via une tablette, le parcours de soin est rendu beaucoup plus accessible et surtout moins stressant pour les patients âgés qui redoutent parfois à sortir de chez eux.

Au-delà du suivi médical, la silver economy n’a pas échappé à l’œil des start-up qui ont inventé de nombreuses solutions au service du bien-être des personnes âgées. Des applications permettant par exemple d’exercer une activité physique ou mentale régulière :

  • Bouge Plus, application conçue par 3 médecins et destinée aux plus de 50 ans, comporte un programme d’exercice physique en 12 semaines et des jeux d’entrainements cérébraux.
  • Dynseo, application avec des jeux de mémoire, de logique et de calcul permet de stimuler son intellect. Dynseo propose deux parcours, dont un spécialement conçu pour les patients atteints de troubles cognitifs.

Maintenir le lien social grâce au numérique

En France, 2 millions de personnes âgées de plus de 60 ans sont isolées de leur famille et de leurs amis, et parmi elles, plus de 500 000 ne rencontrent quasiment jamais ou très rarement d’autres personnes. L’isolement social apparait donc comme l’un des enjeux principaux de la silver economy.

Accompagner les seniors vers la transition numérique leur permet souvent de conserver un lien avec leur famille ou leurs amis éloignés géographiquement. Des associations proposent ainsi des formations de prise en main des nouveaux outils comme les tablettes ou les smartphones, des cours d’initiation à internet et aux appareils photo numériques et même des cours de perfectionnement sur des logiciels spécialisés !

Par ailleurs, la silver economy comporte sa « silicon valley » : des entreprises innovantes qui proposent des solutions concrètes pour réduire la fracture numérique comme des smartphones spécialement pensés pour les personnes âgées avec de grosses icones, un bouton SOS en cas d’urgence et des fonctionnalités simplifiées.

Si la barrière du numérique reste un frein pour certains seniors, la silver economy encourage des solutions pour le maintien du lien social : l’envoi hebdomadaire au domicile de journaux créés par la famille qui permettent d’avoir des nouvelles de ses proches avec un format ludique, la participation à des ateliers intergénérationnels avec des jeunes enfants ou même pour les personnes les plus isolées, le recours à la robotique sous la forme de peluche intelligente capable d’apporter un soutien émotionnel.

L’humain au cœur de la silver economy

Si la technologie est naturellement une composante essentielle de la silver economy, celle-ci implique également son lot de questions éthiques.

Pour l’industrie de la santé, il s’agira dans les prochaines années de trouver le juste équilibre entre avancées technologiques et accompagnement humain, mais la silver economy comporte sans doute des opportunités d’innovation et création de métiers qui n’existent pas encore afin d’y parvenir.

Autant de défis qui pourront être relevés par les experts de la santé, formés aux métiers du marketing ou des affaires réglementaires au sein de l’IMIS, grâce à un cursus en alternance. Découvrez le programme de la formation.

découvrez le programme
demande de documentation

zoom métier

campus biotechnologie
LE MÉTIER DE CHEF DE PROJET AFFAIRES RÉGLEMENTAIRES
AFFAIRES RÉGLEMENTAIRES – JURIDIQUE – INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE –...
Voir d'autres fiches métiers