une école du groupe igs

Le lobbying et l’industrie pharmaceutique

Le lobbying, terme anglais, désigne l’action de groupes d’intérêts sur des acteurs de la prise de décision publique. Alors que les actions des lobbyistes sont parfois décriées, revenons sur l’origine de ce métier et son rôle dans le secteur de l’industrie pharmaceutique.

Des halls d’hôtel à l’origine du lobbying

Le terme de lobby, décrit un hall d’hôtel ou une salle commune. C’est en effet dans ces « antichambres » de la décision que les premiers « lobbyistes » venaient rencontrer des personnalités politiques et publiques. Armés de leurs seuls argumentaires et d’une grande force de conviction, ils venaient défendre leurs intérêts auprès de ceux qui, plus tard, étaient partie prenante de la décision parlementaire ou exécutive.

Comprendre la perception du lobbying en France et aux Etats-Unis

Si les prémices du lobbying sont difficiles à dater, l’année 1791 marque cependant un tournant important quant à la différence de perception de ce métier en France et aux Etats-Unis. Alors que la jeune république américaine se met en place, le premier amendement de la constitution établirait presque le lobbying comme essentiel : « Le congrès ne pourrait faire aucune loi ayant pour objet […] de limiter […] le droit des citoyens de s’assembler pacifiquement et d’adresser des pétitions au gouvernement. » A la même date en France, les lois Le Chapelier interdisent les corporations (ancêtres des syndicats) jouant le rôle de groupements d’intérêts mais issues de l’Ancien Régime que l’on tente alors d’abolir.

Alors qu’à l’est on interdit la défense des intérêts particuliers au profit d’une démocratie faisant primer l’intérêt général porté par les élus, voix du peuple ; aux Etats-Unis on estime que les intérêts particuliers dominants (par le nombre ou le poids économique), doivent être entendus, dans l’intérêt de tous.

Ces prémices du lobbying, et malgré des évolutions légales en France comme aux Etats-Unis à ce sujet, vont marquer l’histoire. Si aux Etats-Unis l’activité de lobbying est organisée et visible, en France, son statut n’est pas clair et sa pratique reste obscure. Le lobbying qui s’est depuis structuré, continue à souffrir en France, voire en Europe, d’un a priori parfois négatif, alors qu’il s’impose comme un élément essentiel de la démocratie aux USA.

Le lobbying dans l’industrie pharmaceutique

Développement et encadrement du lobbying en France et en Europe

Au fur et à mesure du son développement, le lobbying a été règlementé en France comme en Europe. Afin de rendre les activités de lobbying transparentes, les groupements qui dialoguent avec les politiques, diplomates et parlementaires, et tentent d’influencer la décision doivent s’inscrire sur des registres et déclarer leurs rencontres avec les décideurs publics. Les lobbys en France comme en Europe peuvent représenter des associations, des ONG, des entreprises, des groupements de particuliers, etc.

Les lobbys pharmaceutiques

Le lobbying de l’industrie pharmaceutique est particulièrement dynamique au niveau des institutions européennes. Ainsi, le Corporate Europe Observaroty (CEO), qui analyse le travail des lobbys en Europe, estime que les 10 industriels les plus influents du secteur dépensent chaque année entre 14,6 et 16,3 millions d’euros pour leurs activités de lobbying.

Les lobbys pharmaceutiques sont forts car ils représentent un poids économique majeur. A titre d’exemple, l’Allemagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni et l’Espagne détenaient en 2018 plus de 15% du marché mondial du médicament.
Pour les lobbys, défendre leurs intérêts auprès des institutions nationales et européennes est essentiel afin que leur secteur d’activité puisse continuer à se développer et à être compétitif face, notamment, aux Etats-Unis qui détiennent près de 45% du marché mondial pharmaceutique. D’autre part, selon le modèle de croissance et l’ordre mondial actuel, il est essentiel pour les décideurs publics de prendre en compte les intérêts de ces industriels qui investissent dans leur pays, y paient des impôts, y emploient des milliers de personnes et développent l’économie.

Quels moyens utilisent les lobbys pour influencer la décision politique ?

Les dépenses des lobbys pharmaceutiques sont diverses. Elles financent des campagnes de communication grand public, des enquêtes et sondages, des conférences au sein desquelles s’expriment des experts, des expositions au sein des Parlements ou encore des rapports et dossiers détaillés visant à éclairer la décision des élus.

Pourquoi le lobbying prend-il autant de place dans le processus de décision publique ?

La mission des décideurs publics est de prendre une décision éclairée qui favorise le plus grand nombre et les plus puissants économiquement parlant (vision étatsunienne d’une somme des intérêts particuliers servant l’intérêt de tous) ou qui serve l’intérêt général (vision plus française de la démocratie). Afin de prendre une décision, les parlementaires ont besoin d’informations nombreuses. Alors qu’il leur est impossible d’être experts sur tous les sujets techniques, les lobbyistes leur fournissent alors l’ensemble des informations à prendre en compte dans leur décision.

Le lobbying fait partie intégrante des systèmes démocratiques modernes et des lobbys de tous secteurs d’activités essaient de faciliter la décision publique et de défendre leurs intérêts.

Les métiers du lobbying au sein de l’industrie pharmaceutique sont passionnants ; ils vous intéressent ? Rejoignez l’IMIS, Institut de Management des Industries de la Santé.

découvrez le programme
demande de documentation

zoom métier

campus biotechnologie
LE MÉTIER DE CHEF DE PROJET AFFAIRES RÉGLEMENTAIRES
AFFAIRES RÉGLEMENTAIRES – JURIDIQUE – INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE –...
Voir d'autres fiches métiers