Le digital dans l’industrie pharmaceutique | IMIS

une école du groupe igs

Les nouveaux enjeux du digital dans l’industrie pharmaceutique

Cloud, Internet des Objets (IoT), Big Data et autres innovations technologiques continuent de transformer les industries de santé de la même manière qu’ils ont déjà transformé les médias, le commerce et la bancassurance. Dans ce contexte, les acteurs de l’industrie pharmaceutique s’interrogent sur les leviers à actionner et les initiatives à prendre pour bien négocier le virage du numérique et saisir les opportunités qu’il suscite. Quelles sont les principales tendances qui caractérisent l’entrée du digital dans l’industrie pharmaceutique et les impacts sur la stratégie des entreprises du secteur ?

Tendance #1 : priorité au « résultat » des soins proposés

Les gouvernements doivent aujourd’hui maîtriser la gestion des coûts et des budgets liés à la santé, mais également mettre « le résultat » des soins au rang de priorité absolue. L’impact pour l’industrie pharmaceutique est conséquent : il ne suffit plus de démontrer l’efficacité des médicaments à l’occasion d’essais cliniques contrôlés, mais bien de suivre l’évolution des patients en post-traitement. C’est ce que l’on appelle outre-Atlantique l’approche « Beyond the pill* ». Pour ce faire, il est nécessaire de s’appuyer sur des solutions digitales comme les capteurs (livrés ou pas avec le médicament) qui recueillent et analysent les données sur l’évolution de l’état du patient tout au long de son traitement. Celles-ci sont à la fois exploitables par le médecin traitant et le laboratoire à l’origine du médicament.

Tendance #2 : l’arrivée des géants de la « tech »

L’information sur les parcours cliniques des patients n’est plus exclusivement réservée aux seuls établissements de santé. Si les dossiers médicaux papier constituaient jusqu’à maintenant la principale source de données sur la santé des patients, l’arrivée des géants de la technologie comme Apple, IBM et Qualcomm dans les industries de santé change la donne. Ces firmes sont en effet en mesure d’interagir avec les patients par des applications de santé, des appareils « healthy » comme avec l’Apple Watch ou encore par le biais des communautés en ligne pour collecter des données en masse et capitaliser sur le Big Data pour identifier des tendances et les exploiter. Les dossiers médicaux électroniques et les demandes de règlement d’assurance, qui fournissent des données chiffrées sur les maladies et les accidents de travail les plus courants, viennent, eux aussi, compléter cette gigantesque masse de données pour recouper les informations et améliorer davantage la prise de décision des acteurs de l’industrie pharmaceutique.

La plateforme IBM Watson Health a par exemple mis au point un programme capable d’orienter la décision clinique en analysant le « langage naturel » parlé par l’Homme. Un centre de recherche de la faculté de médecine de Tokyo a diagnostiqué un cas rare de leucémie en moins de 10 minutes en s’aidant de la plateforme IBM Watson Health. Les médecins estiment qu’il leur aurait fallu 15 jours** pour aboutir à ce résultat, ce qui aurait rendu l’issue du traitement incertaine. Pour l’industrie pharmaceutique, il s’agit là d’entrants d’un genre nouveau, avec lesquels il faudra travailler en synergie et nouer des partenariats stratégiques pour éviter la concurrence frontale.

Tendance #3 : moins de contrôle sur la diffusion de l’information

C’est une conséquence directe de la démocratisation des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Historiquement, l’industrie pharmaceutique a toujours contrôlé la production et la diffusion de l’information sur ses produits. Aujourd’hui, ce contrôle devient partiel en raison de la multiplication des canaux d’information indépendants. Il existe en effet des communautés en ligne (forums et réseaux sociaux) très actives qui partagent des expériences quant à l’efficacité des médicaments sur le court et le long terme. Des applications se proposent, d’une manière ou d’une autre, de mesurer cette efficacité (en se basant sur des capteurs ou, plus souvent, sur les feedbacks des patients).

Enfin, des sites web sont susceptibles d’agréger et d’analyser des données disparates pour générer de nouvelles connaissances sur des variables comme l’innocuité et l’efficacité des médicaments. Pour l’industrie pharmaceutique, cela nécessite une veille régulière pour anticiper ou réagir rapidement à ces nouvelles sources d’information.

L’IMIS, école de management spécialisée dans les Industries de Santé depuis 1987 vous accompagne dans votre projet de formation visant à répondre aux nouvelles exigences du marché.

*Beyond the pill : au-delà du comprimé ou de la pilule

**Source : Interview du Professeur Arinobu Tojo : https://www.japantimes.co.jp

découvrez le programme
demande de documentation

zoom métier

LE MÉTIER DE SPÉCIALISTE AFFAIRES RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONALES
AFFAIRES RÉGLEMENTAIRES – JURIDIQUE – INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE – BIOMEDICALE Les affaires réglementaires (AR) couvrent plusieurs activités (...
Voir d'autres fiches métiers