Le Plan Santé d’Emmanuel Macron | IMIS

une école du groupe igs

Ce qu’il faut savoir sur le plan santé d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a dévoilé, le 18 septembre, les grandes lignes de son plan santé, dont le but principal est de renforcer l’offre de soins pour les 50 années à venir. Cette réforme tant attendue par les professionnels sera dotée d’un budget de 3,4 milliards d’euros et comprend 54 mesures dont le but principal est de transformer le système de santé en France. Retour sur les principaux points de cette réforme.

Suppression du numerus clausus

L’une des mesures phares de cette réforme annoncée par Emmanuel Macron est la suppression du numerus clausus dès la rentrée 2020. Cet examen qui limite le nombre d’admis en deuxième année d’études de médecine, dentaires ou pharmacie instauré en 1972, sera remplacé. L’un des mécanismes proposés, baptisé « numerus apertus », prévoirait de définir un nombre minimal de places au niveau national et variable selon les régions. L’autre mécanisme consisterait à laisser la liberté aux facultés de former autant de médecins qu’elles le souhaitent.

Un budget global de 3,4 milliards d’euros

Une somme de 400 millions d’euros supplémentaire sera allouée aux crédits d’assurance-maladie, soit une augmentation de 2,5%, au lieu des 2,3% prévus. Par ailleurs, près de 1,6 milliards d’euros seront consacrés à la structuration des soins dans les territoires, 500 millions d’euros pour le développement numérique du secteur de la santé, 420 millions d’euros pour développer les formations et métiers liés à la santé et 920 millions d’euros pour l’investissement hospitalier.

Création d’un nouveau poste (assistant(e) médicale)

Pour décharger les médecins de certaines tâches administratives et certains actes simples comme la prise de température ou de tension, ce nouveau plan de santé prévoit la création de 4 000 postes d’assistants médicaux. Ces derniers seront employés dans des cabinets de groupes, pour permettre aux médecins de prendre des consultations sans rendez-vous et d’accepter de nouveaux patients. À noter que les premiers postes seront créés en 2019 dans des zones prioritaires, les fameux déserts médicaux.

400 médecins dans les déserts médicaux

Afin de remédier à la pénurie constatée dans certaines zones, 400 postes de médecins généralistes vont être créés dans les hôpitaux et centre de santé. Ces médecins seront affectés en priorité à des hôpitaux et centres de santé se trouvant dans des déserts médicaux. Emmanuel Macron mise beaucoup sur cette mesure basée sur le volontariat et qui a été élaborée comme dispositif d’urgence visant à éradiquer les déserts médicaux.

Des hôpitaux de proximité « labellisés »

Un statut d’hôpital de proximité sera créé en application d’une loi qui verra le jour en 2019. Ainsi, il est prévu de labelliser entre 500 et 600 hôpitaux de proximités qui auront des missions relatives à la médecine générale, médecine polyvalente et soins de suite. Cette mesure vise à faire travailler ensemble ces hôpitaux de proximités et les médecins de ville pour assurer une activité constante et permettre aux patients d’accéder de manière plus fluide aux différents services de santé.

Les métiers de la santé vous intéressent (pharmacie, médecine, sciences de la vie ou ingénierie liée au monde de la santé)? Découvrez les formations d’excellence de l’IMIS.

découvrez le programme
demande de documentation

zoom métier

LE MÉTIER DE CHEF DE PRODUIT
VENTE – MARKETING – SANTÉ – INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE – BIOMÉDICALE Professionnel(le) de la santé et du médicament,...
Voir d'autres fiches métiers